Conseils d’un gériatre sur les problèmes de sommeil et la démence

Les problèmes de sommeil sont fréquents chez les patients diagnostiqués avec la maladie d’Alzheimer et d’autres démences. Le lien entre la démence et le sommeil est également une source courante de stress pour les proches aidants. Lorsque votre conjoint ou parent atteint d’Alzheimer ne dort pas bien, cela signifie souvent que vous ne dormez pas bien non plus.

Le manque de sommeil peut aggraver le comportement et l’état d’esprit de toutes les personnes, pas seulement celles atteintes de démence. Sans un sommeil suffisant, nous devenons tous plus sujets à l’instabilité émotionnelle ainsi qu’aux maladies physiques.

Problèmes de sommeil dans la démence

Il est tout aussi important pour une personne atteinte de démence que pour ses soignants qui travaillent dur de dormir suffisamment la nuit. Il faut souvent des efforts pour évaluer et améliorer les problèmes de sommeil. Cependant, la recherche a trouvé de nombreuses façons d’améliorer les problèmes de sommeil des patients atteints de démence. 1 Il est important de connaître les causes communes à rechercher chez votre proche. Être préparé et fournir des informations utiles à votre médecin est extrêmement utile pour évaluer la racine du problème. Voici ce qu’il faut savoir sur ce qui peut causer des problèmes de sommeil, comment les évaluer, les approches éprouvées qui aident et quelques informations sur les médicaments couramment utilisés.

Causes courantes des changements de sommeil

Il est difficile de gérer un problème si vous n’en comprenez pas la cause. Plusieurs facteurs peuvent provoquer des troubles du sommeil chez les personnes atteintes de démence. En voici quelques-unes à garder à l’esprit:

  1. Le sommeil change avec le vieillissement. Les adultes vieillissants en bonne santé subissent des changements avec leur sommeil à mesure qu’ils vieillissent. Le sommeil devient plus léger et plus fragmenté, avec moins de temps passé en sommeil REM profond. Une étude a également estimé qu’à partir de la mi-vie, le temps de sommeil total diminue de 28 minutes par décennie. Ces changements sont considérés comme une partie normale du vieillissement. Cependant, un sommeil plus léger signifie qu’il est plus facile pour les adultes vieillissants d’être réveillés ou perturbés par des choses telles que la douleur arthritique la nuit ou des troubles liés au sommeil. Le vieillissement est également associé à un changement du rythme circadien , le système interne du corps pour s’aligner sur une journée de 24 heures. De nombreuses personnes âgées se fatiguent plus tôt le soir et ont tendance à se réveiller plus tôt le matin.
  2. Les conditions médicales chroniques et les médicaments affectent souvent le sommeil. Des études ont révélé que les personnes âgées éprouvent souvent des difficultés de sommeil «secondaires». Les difficultés de sommeil secondaires sont des problèmes de sommeil qui peuvent être le résultat d’autres problèmes de santé sous-jacents. Par exemple, de nombreuses personnes diagnostiquées avec la maladie d’Alzheimer ont des problèmes de santé chroniques supplémentaires qui peuvent être associés à des difficultés de sommeil. Le traitement des causes sous-jacentes peut aider à améliorer considérablement le sommeil. Les causes courantes des problèmes de sommeil secondaires sont les suivantes:
    • Affections cardiaques et pulmonaires, telles que l’insuffisance cardiaque ou la maladie pulmonaire obstructive chronique
    • Affections liées à l’estomac, telles que le reflux gastro-œsophagien
    • Douleur chronique due à l’arthrite ou à une autre cause
    • Conditions urinaires qui rendent les personnes sujettes à uriner la nuit, comme une hypertrophie de la prostate ou une vessie hyperactive
    • Troubles de l’humeur, tels que l’anxiété ou la dépression
    • Effets secondaires des médicaments et substances telles que l’alcool (qui est connu pour perturber le sommeil )
  3. De nombreux troubles liés au sommeil deviennent plus fréquents avec le vieillissement. Les troubles courants liés au sommeil comprennent l’apnée du sommeil et des conditions similaires appelées troubles respiratoires liés au sommeil . Ceux-ci peuvent toucher 40 à 50% des personnes âgées. Le syndrome des jambes sans repos est un autre trouble du sommeil qui serait cliniquement significatif chez 2,5% des personnes.
  4. La maladie d’Alzheimer et d’autres maladies neurodégénératives modifient le sommeil. La détérioration du cerveau associée à diverses formes de démence affecte la capacité du cerveau à dormir. Dans la plupart des cas, cela entraîne moins de temps passé en sommeil profond et plus de temps passé éveillé la nuit. Les problèmes avec le système du rythme circadien sont également de plus en plus courants chez les patients atteints de démence. Il existe un autre trouble appelé trouble du comportement de sommeil paradoxal, qui peut provoquer des mouvements violents pendant le sommeil et peut même émerger avant que les problèmes de réflexion ne deviennent importants. La démence à corps de Lewy et la maladie de Parkinson sont souvent associées au trouble du comportement de sommeil paradoxal .

La plupart des personnes âgées développent un sommeil plus léger en vieillissant. De plus, de nombreuses personnes âgées ont des problèmes de santé qui provoquent des réveils nocturnes. Les troubles liés au sommeil, tels que l’apnée du sommeil, sont également courants dans le vieillissement. Les personnes âgées atteintes d’Alzheimer et d’autres démences sont susceptibles d’être affectées par l’un de ces facteurs qui modifient le sommeil chez les personnes âgées. Il a également été démontré que la démence entraîne des changements supplémentaires qui rendent les réveils nocturnes plus fréquents.

Il n’est pas surprenant que les problèmes de sommeil soient si courants chez les personnes atteintes de démence. Heureusement, il y a beaucoup de choses qui peuvent être faites pour améliorer ces circonstances pour nos proches.

Comment diagnostiquer les problèmes de sommeil de la démence

Comme de nombreux problèmes qui affectent les personnes âgées, les problèmes de sommeil d’une personne atteinte de démence sont presque toujours «multifactoriels». Cela signifie que plusieurs problèmes sous-jacents créent le problème.
Les problèmes multifactoriels peuvent être identifiés, surtout si une famille et les médecins surveillent avec diligence autant de facteurs contributifs que possible. Travailler avec les médecins les aidera à comprendre quels types de symptômes et de problèmes liés au sommeil un proche éprouve. 

(Ceux-ci s’adressent à un patient; remplacez «vous» par «votre parent» si vous recueillez des informations en vue de voir un professionnel de la santé au sujet des problèmes de sommeil d’un parent.)

  1. À quelle heure vous couchez-vous normalement la nuit? À quelle heure vous réveillez-vous normalement le matin?
  2. Avez-vous souvent du mal à vous endormir la nuit?
  3. Combien de fois vous réveillez-vous la nuit?
  4. Si vous vous réveillez la nuit, avez-vous généralement du mal à vous rendormir?
  5. Est-ce que votre partenaire de lit dit (ou êtes-vous au courant) que vous ronflez fréquemment, que vous respirez de l’air ou arrêtez de respirer?
  6. Votre partenaire de lit dit-il (ou êtes-vous au courant) que vous donnez des coups de pied ou que vous vous débattez pendant que vous dormez?
  7. Savez-vous que vous avez déjà marché, mangé, frappé, donné des coups de pied ou crié pendant votre sommeil?
  8. Êtes-vous somnolent ou fatigué pendant une grande partie de la journée?
  9. Faites-vous habituellement une ou plusieurs siestes pendant la journée?
  10. Avez-vous l’habitude de vous assoupir sans vous en occuper pendant la journée?
  11. De combien de sommeil avez-vous besoin pour vous sentir alerte et bien fonctionner?
  12. Prenez-vous actuellement tout type de médicament ou autre préparation pour vous aider à dormir?
  13. Avez-vous l’envie de bouger vos jambes ou ressentez-vous des sensations inconfortables dans vos jambes pendant le repos ou la nuit?
  14. Devez-vous vous lever souvent pour uriner pendant la nuit?
  15. Si vous faites une sieste pendant la journée, à quelle fréquence et pendant combien de temps?
  16. Quelle quantité d’activité physique ou d’exercice faites-vous quotidiennement?
  17. Êtes-vous exposé à la lumière extérieure naturelle la plupart du temps?
  18. Quels médicaments prenez-vous et à quelle heure du jour et de la nuit?
  19. Souffrez-vous d’effets secondaires inconfortables de vos médicaments?
  20. Combien de caféine (par exemple, café, thé, cola) et d’alcool consommez-vous chaque jour / nuit?
  21. Vous sentez-vous souvent triste ou anxieux?
  22. Avez-vous récemment subi des pertes personnelles?

Les membres de la famille peuvent au début se sentir incertains sur la façon de répondre à ces questions. Par conséquent, c’est une bonne idée de se préparer à l’avance afin que vous puissiez obtenir la meilleure aide de vos médecins sur la façon de gérer la démence et le sommeil. Il est conseillé aux familles de garder une trace de ces questions pendant au moins une semaine. Certaines familles peuvent également utiliser un suivi du sommeil ou un suivi des activités pour recueillir des informations utiles.

Sur la base des informations ci-dessus et après avoir effectué un examen en personne pour vérifier d’autres problèmes médicaux, un médecin devrait être en mesure de classer les troubles du sommeil dans une (ou plusieurs) des catégories suivantes:

  1. Difficulté à s’endormir ou à rester endormi
  2. Somnolence diurne excessive
  3. Respiration anormale pendant le sommeil
  4. Mouvements ou comportements anormaux pendant le sommeil

Il peut être nécessaire de faire une étude de la respiration du sommeil pour tester l’apnée du sommeil. En fonction de la catégorie du problème de sommeil et des causes sous-jacentes qui ont été identifiées, le médecin devrait alors être en mesure de proposer un plan pour améliorer les difficultés de sommeil.

Comment améliorer les problèmes de sommeil dans la démence

L’approche exacte pour améliorer le sommeil d’une personne atteinte d’Alzheimer ou d’une autre démence dépendra des facteurs sous-jacents qui causent des problèmes de sommeil. Certaines approches générales se sont avérées améliorer le sommeil de nombreuses personnes atteintes de démence, y compris celles qui présentent des symptômes de coucher du soleil.  Il s’agit notamment des éléments suivants:

  • Thérapie par la lumière extérieure ou la lumière vive pendant la journée. Une lumière extérieure brillante aide à garder les signaux circadiens sur la bonne voie. Pour les personnes âgées qui ne peuvent pas sortir pendant au moins une heure par jour, une luminothérapie avec une lampe spéciale peut être utile. Une étude a révélé que la luminothérapie chez les patients atteints d’Alzheimer améliorait le sommeil. De plus, la luminothérapie peut aider les patients qui éprouvent un coucher du soleil.
  • Augmentez l’activité physique diurne. La recherche a suggéré que la marche pendant la journée peut aider à améliorer le sommeil nocturne chez les personnes atteintes d’Alzheimer. Il peut également aider à réduire l’incidence du coucher du soleil.
  • Optimiser les signaux environnementaux pour le sommeil. Cela signifie garder l’environnement de sommeil sombre et calme la nuit. Ceci est particulièrement important dans les maisons de repos, où le personnel est souvent actif la nuit.
  • Établissez une routine avec une heure de réveil constante. Les routines aident à maintenir un meilleur sommeil. Bien qu’il soit idéal d’avoir à la fois un lit et une heure de réveil constants, les experts estiment qu’il est préférable de se concentrer sur l’heure de réveil. Une étude publiée en 2005 a révélé que la formation des soignants atteints de démence à l’utilisation d’une combinaison de ces techniques a amélioré le sommeil de leurs patients.

Médicaments et problèmes de sommeil dans la démence

Vous vous demandez peut-être si les médicaments peuvent aider à gérer les problèmes de sommeil dans la démence.
Il est important de vérifier d’abord les médicaments actuels et de s’assurer qu’ils n’affectent pas négativement le sommeil d’une personne. Par exemple, la prise de médicaments sédatifs pendant la journée peut provoquer un sommeil ou une sieste excessive, ce qui se traduit par plus de temps passé éveillé la nuit. De plus, un diurétique offert trop tard dans la journée pourrait causer une miction excessive la nuit.

En tant que soignant, vous voudrez peut-être simplement savoir: «N’y a-t-il pas un médicament que nous pouvons donner le soir pour aider mon bien-aimé à mieux dormir la nuit?» Des somnifères, des sédatifs et des tranquillisants sont souvent prescrits pour aider à garder les personnes démence plus calme la nuit. Les antipsychotiques prescrits peuvent inclure l’olanzapine, la rispéride et la quétiapine. Les benzodiazépines comprennent le lorazépam et le témazépam. Il existe des somnifères sur ordonnance comme le zolpidem. Votre médecin peut même suggérer d’essayer des somnifères en vente libre, qui contiennent généralement une certaine forme d’antihistaminique sédatif.

Malheureusement, tous ces médicaments peuvent provoquer des effets secondaires inquiétants chez les personnes atteintes de démence. Plus précisément, ces médicaments peuvent aggraver la cognition et augmenter le risque de chute. Les antipsychotiques ont également été associés dans certains cas à un risque de mort précoce. De plus, des articles de revue scientifique complète indiquent que dans les essais cliniques, ces médicaments n’améliorent pas de manière concluante le sommeil. À ce titre, les experts en gériatrie recommandent que ces médicaments soient généralement évités et ne soient utilisés qu’en dernier recours une fois que les approches comportementales (par exemple, établir une routine, plus de marche, etc.) ont été essayées.
Cependant, ces quelques médicaments constituent une alternative moins risquée:

  • Mélatonine: La mélatonine est une hormone impliquée dans le cycle veille-sommeil. Une étude écossaise a révélé que deux milligrammes de mélatonine par nuit amélioraient le sommeil des personnes atteintes d’Alzheimer. Cependant, aux États-Unis, la mélatonine est un supplément mal réglementé. Des études ont montré que les suppléments vendus dans le commerce sont souvent d’une qualité et d’une pureté douteuses. Ainsi, la mélatonine peut fonctionner de manière moins fiable aux États-Unis qu’en Europe.
  • Trazodone: La trazodone est un antidépresseur plus ancien et moins efficace qui est légèrement sédatif. Il a longtemps été utilisé par les gériatres comme un «somnifère» de choix, car il semble être moins risqué que les alternatives. Une petite étude de 2014 a révélé que la trazodone améliorait le sommeil des patients atteints d’Alzheimer.

Bien que les médicaments soient souvent utilisés pour gérer les problèmes de sommeil dans la démence, la plupart d’entre eux sont associés à des risques élevés d’effets secondaires graves. Il est conseillé d’éviter les sédatifs jusqu’à épuisement de toutes les autres options.
Les approches non médicamenteuses, comme l’abondance de lumière extérieure, l’exercice régulier, une routine stable, l’optimisation des affections chroniques et la recherche de douleur, sont souvent utiles. De plus, ces approches améliorent généralement la qualité de vie globale de la personne.

Comment gérer la démence et ne pas dormir

Quelle que soit l’efficacité d’un remède, il peut prendre un certain temps avant de commencer à fonctionner. Il y a aussi la possibilité qu’aucun des remèdes que vous essayez ne convient à votre bien-aimé. Lorsque cela se produit, vous devrez peut-être trouver des moyens de traiter, plutôt que de résoudre, les problèmes de sommeil liés à la démence. Voici quelques choses à faire et à ne pas garder à l’esprit.

  • Ne les retenez pas . Beaucoup de gens croient qu’il est préférable de retenir leurs proches au lit la nuit pour les empêcher d’errer. Cela peut faire plus de mal que de bien. Au lieu de cela, si vous avez un lit avec des garde-corps, relevez-les. Cela peut les dissuader de sortir du lit et de se promener dans la maison.
  • Envisagez de prendre des quarts de travail. Si votre proche ne dort pas bien la nuit ou a développé un horaire de sommeil irrégulier, envisagez de prendre des quarts de travail avec un autre membre de la famille. Cela fonctionne mieux si une personne est un oiseau de nuit et l’autre est une personne du matin.
  • Réduisez la stimulation. Même si un membre de la famille peut prendre le quart de nuit et de nuit, il est important de minimiser l’interaction. Sinon, le patient atteint de démence peut se sentir encouragé à rester éveillé la nuit ou à maintenir un horaire irrégulier. Gardez cela à l’esprit lors de la création d’une routine avant le coucher.
  • Donnez la priorité à votre repos. Prendre soin d’un proche aux prises avec la démence et ses effets secondaires peut avoir des conséquences néfastes sur les membres de la famille et leur santé mentale. Pour continuer à prodiguer des soins optimaux, vous devez également pratiquer des soins personnels, ce qui comprend un repos suffisant la nuit.

Votre proche passe-t-il trop de temps à dormir?

Que se passe-t-il si un membre de la famille atteint de démence a des problèmes liés à trop de sommeil? Par exemple, une femme de 88 ans atteinte de démence dort plus, mais mange et boit moins. Qu’est-ce que cela pourrait signifier? Quelque chose ne va pas?

Éveil la nuit

Il est possible que votre bien-aimé soit debout la nuit à votre insu. Si le désir de dormir s’intensifie au cours de la journée, cela peut très bien être le cas. Une personne atteinte de démence peut se promener ou perturber les choses dans toute la maison, mais ce n’est pas toujours le cas. Il est tout à fait possible que votre proche reste éveillé au lit.

Se promener la nuit

Il est également possible que votre proche se déplace sans bruit dans la maison. Si vous avez le sommeil lourd, vous ne remarquerez peut-être pas les bruits de mouvement la nuit. Si vous avez des enfants, vous ne remarquerez peut-être pas de signes d’éveil le matin parce que vous pensez que les enfants ont peut-être déplacé les choses. La configuration de caméras dans des espaces communs partagés peut vous aider à le confirmer.

Effets de la démence à corps de Lewy

Si vous confirmez que votre bien-aimé dort toute la nuit, vous pouvez vous sentir encore plus confus au sujet de sa fatigue diurne. Les soignants de patients atteints de démence à corps de Lewy (DLB) connaissent très bien ce problème. Une étude a confirmé que la fatigue était due à des changements dans les systèmes veille-sommeil du cerveau chez les patients atteints de DLB. 

La démence peut provoquer des changements de sommeil chez votre proche. Si vous remarquez ces changements, il est préférable de consulter un médecin. Un médecin peut aider à déterminer la cause du problème et à proposer des solutions potentielles.

Partagez avec vos amis
Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin